Le saké le plus cher du monde

Ca y est, c’est la reprise… La rentrée est derrière nous et pour bien démarrer ce mois de Septembre, je vous propose de partir à la découverte du monde du saké via des petits épisodes sur le saké le plus cher au monde, le plus vieux, le plus fort en alcool, le plus chic, le plus poli…

Quand on parle de vin, on connait des grands noms et il existe plusieurs listings réalisés par des sites internet qui permettent de découvrir à quel point nous allons devoir casser notre tirelire pour nous offrir ces flacons. Par exemple il faudra débourser 101 260 dollars pour une bouteille de Domaine Leroy Musigny Grand Cru (Côte de Nuits) 2015, 56 679 dollars pour un Dom Perignon Rose Gold (Champagne) 1996 et 14 105 dollars pour un Domaine Leflaive Montrachet Grand Cru (Côte de Beaune) 1992. Mais c’est surtout durant des enchères que certaines bouteilles sont rentrées dans la légende : en 2018, Sotheby a vu s’envoler le prix d’une bouteille de Robert Drouhin du Domaine de la Romanée Conti 1945 à 558 000 dollars (le record à ce jour) ou encore en 2000 où un Screaming Eagle Cabernet Sauvignon 1992 a atteint le prix faramineux de 500 000 dollars !

Bienvenu dans la stratosphère pécuniaire… On dit bien que quand on aime on ne compte pas ! Mais qu’en est-il du saké japonais ? A combien s’élève la bouteille la plus chère au monde ?

En règle générale, le prix d’une bouteille de saké de 72cl est autour de 20 à 30 euros. On peut bien sûr trouver moins cher et plus cher. C’est en tout cas en France la moyenne que j’ai pu constater.

Juyondai Ryusen
Juyondai Ryusen

Pas facile de trouver des informations sur les sakés les plus chers de la planète ! Voici le top 5 du site wine-searcher :

  1. Juyondai Ryusen Junmai Daiginjo – 3923€
  2. Kokuryu Muni Genshu Junmai Daiginjo – 1692€
  3. Juyondai Ryugetsu Junmai Daiginjo – 912€
  4. Juyondai Joujou Junmai Daiginjo – 642€
  5. Niizawa Jozoten Zankyo Super 7 Junmai Daiginjo – 587€
Juyondai
Une partie de la gamme Juyondai

Comme vous pouvez le constater, Juyondai est un nom qui revient à plusieurs reprises. La Kura Takagi Shuzo a été fondée pendant l’ère Edo en 1615 et a donc plus de 400 ans d’histoire. Elle se situe dans la Préfecture de Yamagata. Juyondai est le nom du Toji (14ème génération) : son fils Akitsuna Takagi a voulu lui rendre hommage en créant une marque spéciale. Pourquoi c’est aussi cher ? Le savoir-faire bien sûr mais aussi des riz uniques, créés par la Brasserie comme le Sake Mirai, Tatsunootoshigo et Ushuhomare. De plus, la Kura aime garder un peu de suspense et ne dévoile pas ses secrets. Elle n’a même pas de site internet !

Autre curiosité, en Novembre 2020, un Dassai Beyond (Junmai Daiginjo 72cl) de la Collection Beyond s’est vendu aux enchères à Hong Kong près de 8 026 dollars. Un concours avait été réalisé par Asahi Shuzo, la Kura, pour trouver le meilleur riz Yamadanishiki. 45 producteurs avaient participé et c’est Yoshinobu Sakauchi qui avait alors remporté la palme. Le prix de son riz est relativement élevé : 1 sac de 60kg est vendu 500 000 yens (25 fois le prix du marché)… Cela explique en partie le prix de cette bouteille. Dassai Beyond est vendu en France à 390 euros : il se trouve dans le top 20 des bouteilles de saké les plus chères au monde.

Saké Hundred
Saké Hundred

Je n’ai pas eu l’occasion de déguster ces sakés. Mais j’ai pu goûter certaines bouteilles relativement chères comme ceux de la gamme Saké Hundred. Les bouteilles ne sont pas (encore) disponibles en France à l’heure actuelle mais les prix de vente à Singapour sont de 180 à 2450 euros pour la bouteille la plus chère. Les 4 sakés que j’ai pu découvrir de la gamme avaient tous une personnalité et une histoire bien particulière. J’ai été éblouie par leur densité et leur finesse.

Pour le fun j’ai apporté la bouteille la plus chère de la gamme à Isabelle Wagner et Chef Jesus pour une dégustation en direct sur les ondes : Gengai ! Petit mea culpa, car j’ai dit que c’était un assemblage de sakés centenaires ce qui n’est pas réellement le cas. C’est une cuve qui a survécu à un tremblement de terre qui a détruit une brasserie en 1995. La cuve était pleine de saké et a été « oubliée ». L’histoire au final est plus jolie et romantique ! Le saké oublié a été mis en bouteille et donne aujourd’hui une expression extraordinaire !

France Bleu Gironde

#Emission France Bleu Gironde du 09 Septembre 2021 : cliquez sur le lien pour découvrir la nouveauté de la rentrée et écoutez le replay plus facilement !

Cet article vous a plu ?

Si cet article vous a plu vous pouvez le partager avec vos amis et continuer à en discuter sur les réseaux sociaux.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest