Le saké, le lapin et la lune

Au Japon, comme dans beaucoup d’autres cultures asiatiques (mais pas que !), la lune est tout un symbole.

Ronde, pleine, mystérieuse… Elle est l’incarnation de la féminité et donc de la maternité. Elle représente le cycle de la vie, les marées, les saisons et les moissons.

C’est donc là qu’intervient le lien si spécial entre la lune et le saké : la pleine lune de mi-automne est annonciatrice de moissons de qualité, surtout si la lune est claire, elle peut ainsi permettre aux agriculteurs de travailler tard sous sa lumière.

Tsukimi japon

Il existe même un festival au Japon qui est dédié à la pleine lune : O-tsukimi. Cela veut dire littéralement : « contemplation de la lune ». Ce festival a lieu à la mi-automne : parfois en Septembre, parfois en Octobre en fonction des années. C’est le moment de se réunir et de profiter de l’astre. C’est la fête des moissons et donc du futur saké ! On retrouve ce festival ailleurs en Asie : c’est extrêmement populaire.

A l’occasion de ce festival, les japonais trinquent sous la pleine lune. Ils dégustent bien sûr un verre de saké en espérant que le reflet de la lune se perde sur sa surface : ils deviennent ainsi des buveurs de lune. C’est ce que l’on appelle Tsukimizaké !

J’avais trouvé cela tellement poétique que j’ai décidé d’appeler ma société Otsukimi – Buveurs de Lune. Je faisais ainsi un pont entre le Japon et Bordeaux, le port de la lune !

Otsukimi

Durant O-tsukimi on mange des mochis : une délicieuse confiserie faite à base de farine de riz et fourrée d’anko, la pâte de haricot rouge. C’est facile à faire chez soi mais si vous voulez en goûter des très bons, je vous conseille La Maison du Mochi.

La légende du lapin est liée à O-tsukimi. C’est très mignon et comme toute les légendes, elle commence par : il était une fois…

Il était une fois, un Dieu qui vivait sur la lune. Il voulut descendre sur terre voir quel animal était doué de bonté. Pour cela il se grima en vieil homme affamé et rencontra plusieurs animaux dans la forêt. Certains lui donnèrent des graines, d’autres des fruits. Puis il rencontra un lapin. Celui-ci ne savait pas quoi offrir au vieil homme. Il décida donc de monter un bûcher et de s’offrir en sacrifice. Le vieil homme voyant cela arrêta le lapin avant qu’il ne commette l’irréparable. Il repris sa forme de Dieu et dit au lapin : « Tu es l’animal le plus doué de bonté. Pour te remercier, je vais te prendre avec moi et tu vivras sur la lune ». Depuis ce jour, on peut voir un lapin sur la lune.

En effet, saviez-vous qu’en Occident on voit le visage d’une femme sur la pleine lune ? Par contre, en Orient, on y aperçoit un lapin…qui parfois fait des mochis ! C’est de là qu’est tirée cette jolie histoire qui est souvent racontée aux enfants avant qu’ils ne s’endorment.

Moon rabbit

O-tsukimi et la légende du lapin font partie de la culture japonaise et asiatique. On retrouve souvent des objets, des gourmandises, des photos avec un lapin et une lune ou du saké et un lapin ! Maintenant vous savez pourquoi.

Mais ce festival est aussi dans la culture populaire. Pour tous les fans du Club Dorothée, sachez que Sailor Moon, de son vrai nom Tsuki no usagi, veut dire le lapin de la lune. Plus récemment, nous attendons avec impatience le dernier long-métrage de Netflix : Voyage vers la lune, qui s’inspire d’une légende chinoise (mais qui est la même qu’au Japon à quelques détails près).

Otsukimi lapin

Enfin, pour finir encore sur une note poétique, je vous citerais le poème célèbre (si ce n’est le plus célèbre) du poète chinois Li Bo (ou Li Bai – 701-763) :

Buvant seul sous la lune

Un pichet de vin au milieu des fleurs,
Je bois seul, sans compagnon
Levant ma coupe, je convie la lune claire
Avec mon ombre, nous voilà trois.
La lune, hélas, ne sait pas boire,
Et mon ombre ne fait que me suivre.
Compagnes d’un moment, lune et ombre,
Réjouissons-nous, profitons du printemps.
Je chante, la lune musarde
Je danse, mon ombre s’égare
Encore sobres ensemble, nous nous égayons,
Ivres chacun s’en retourne
Mais notre union est éternelle,
Notre amitié sans limite
Sur le fleuve céleste là-haut, nous nous retrouvons.

France Bleu Gironde

#Emission France Bleu Gironde du 02 Décembre 2020 (14:40 pour réécouter le passage en cliquant sur le lien)

Cet article vous a plu ?

Si cet article vous a plu vous pouvez le partager avec vos amis et continuer à en discuter sur les réseaux sociaux.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest